Papa Chef et les Javanais en Guyane

papa chef page front

La Guyane française est, depuis toujours, une terre d’accueil pour toute sorte de projets. Que ce soit l’utopique El Dorado, le projet colonial de la France équinoxiale, le bagne, la ruée vers l’or et, plus récemment, la base spatiale européenne.

À chaque fois, les personnes qui s’y sont rencontrées ont recomposé leur vie.

Elles se sont construites de nouvelles identités, se sont fabriquées de nouvelles formes de groupements sociaux et établies de nouveaux objectifs. Elles se sont donc réinventées.

C’est dans ce contexte que sont arrivés en Guyane, en 1954 à Sinnamary, un groupe de familles d’origine indonésienne venu du Surinam voisin.

J’ai été accueilli chez eux pendant 4 mois en 1968 et je désire rendre hommage à leur mémoire pour que leur expérience ne passât pas à l’oubli. En particulier, celle de Mas Danoesastro dit «Papa Chef».

Ils semblent inconnus de ceux qui retracent l’histoire tant de la diaspora indonésienne que du peuplement de la Guyane si ce n’est pour quelques traces ici et là.

J’ai regroupé ici des documents sonores, des photos et des textes tirés de mes « archives » personnelles qui ont servi à rédiger une thèse de maîtrise en anthropologie à l’Université de Montréal au Québec, Canada.

J’espère modestement combler ce vide, mais je veux surtout laisser à ceux et celles qui sont les descendants de cette expérience sociale des éléments de souvenirs même s’ils sont vus par une personne de l’extérieur.

fusil bois_2

enfant lavoir

1964 jeune filles qui lavent le linge dans l’eau du canal.Photo prise par B.David . Il écrit : fillettes au regard malicieux près d’un vieux canot et des garçonnets qui jouent autour d’elles. Il y a là une image de bien-être qui semble pourtant en contradiction avec la pauvreté qui nous environne

 

Publicités